Focus sur le mélèze

Focus sur le mélèze

Article en partenariat avec The Forest Time
 
Nom latin : larix decidua Famille : Pinaceae Genre : Larix-Pseudolarix

 

Reconnaître le mélèze

On reconnaît le mélèze à :

  • Ses cônes petits et ovoïdes de 2 à 4 cm
  • Ses aiguilles courtes, molles, vert clair, isolées sur les rameaux longs, en rosette sur les rameaux courts.
  • Rameaux gris jaunâtres, clairs et glabres.

C’est avec le Cyprès chauve, le seul résineux à perdre ses aiguilles l’hiver. Avec l'âge, l'écorce devient rouge à gris brun et en forme de rhytidome, profondément crevassée.

                   

Stations propices au mélèze

Températures

Essence de lumière. Insensible au froid, il accepte de grandes amplitudes thermiques et des saisons de végétations courtes. Il peut se montrer sensible aux gelées tardives suivant les origines.

Pluviométrie

Demande une atmosphère sèche, craint l’excès d’eau et l’excès d’humidité atmosphérique. Il demandera une forte luminosité. En moyenne entre 600 à 1100 mm d’eau par an.

Altitude

Sudètes de 200 à plus de 1000m. Pologne, Autriche, en basse altitude.

Sols 

Plastique vis à vis du sol, il le préfère filtrant mais bien alimenté en eau. La sécheresse du sol devra être compensée par une bonne pluviométrie (surtout l’été). Le mélèze est indifférent à la richesse chimique du sol, toutefois éviter les sols squelettiques.

Enracinement du mélèze

  • Le mélèze a des racines principales profondes et étendues, pour autant que le sol qui l’accueille soit lui aussi d’une bonne profondeur.
  • Le mélèze à une très bonne résistance au vent.

Accroissement et production du mélèze

  • Sa croissance est très rapide dans le jeune âge (plus forte que celle du douglas). Elle est ralentie aux alentours de 10 ans.
  • Sa taille maximale avoisine les 40 m.
  • Production de 10 /12 m3/ha/an (selon les stations).

Lire la suite de l'article sur The Forest Time